Trois pionnières du féminisme : Sarah Monod, Julie Siegfried, Marguerite de Witt-Schlumberger

Home / Événement / Trois pionnières du féminisme : Sarah Monod, Julie Siegfried, Marguerite de Witt-Schlumberger

Détails de l'événement


Conférence de Gabrielle Cadier-Rey, suivie du vernissage de l’exposition et d’une visite accompagnée des portraits.

Gabrielle Cadier-Rey est maître de conférences honoraire à l’Université de Paris IV-La Sorbonne.

A la fin du XIXe siècle, on voit apparaître les premières organisations féminines qui peu à peu, avec la prise de conscience des problèmes, deviennent féministes. Deux se distinguent : le Conseil National des Femmes Fran¡¡aises (CNFF) et l’Union fran¡¡aise pour le suffrage des femmes. Or, dans ces deux organisations, les femmes protestantes ont un r¡¡le moteur comme le montre l’itinéraire de Sarah Monod, de Julie Siegfried et de Marquerite de Witt-Schlumberger, toutes trois venues de la philanthropie, mais ayant compris son insuffisance.
En cette fin du XIXe siècle, le féminisme est encore dominé par la grande bourgeoisie. Une relève plus radicale se fera après la Grande Guerre.

Feministes prot.